Je n’ai pas terminé Nioh mais j’ai quand même des choses à dire !

« Comme Dark Souls », « un nouveau Dark Souls-like », « le fils pas caché du tout de Dark Souls et Ninja Gaiden ». Ça ne doit pas être facile d’être Nioh. Malgré les bonnes reviews qu’il a pu avoir, le fait d’être constamment comparé à Dark Souls doit être frustrant. Non vraiment, ça ne doit pas être facile. Mais vous savez ce qui est encore moins facile ? … Oui, les nazis, en effet mais je ne pensais pas à ça… Non à Hitler, non plus. Non, ce qui est plus difficile, c’est d’être joueur de Nioh.

Non pas que le jeu soit foncièrement difficile, non. Comme d’habitude, pour la promo d’un tel jeu on en fait des caisses sur ce point mais la vérité, c’est que non, Nioh n’est pas spécialement dur. Certains diront que comme Dark Souls, c’est un titre exigeant mais là encore, je ne trouve pas spécialement. Pour moi, Nioh n’est rien d’autre qu’un jeu épuisant.

Et PAF, ça balance direct dans l’intro ! Posons le contexte, dans Nioh, j’en suis à presque 30h de jeu et j’ai dû faire 2/3 de l’aventure, missions principales comme secondaires et là, à l’heure où j’écris ces lignes salées (et même avant), je n’en peux plus. Nioh m’a fatigué et ce n’est même pas pour sa difficulté.

Nioh_20170218214601

Avant toute chose, Nioh m’a épuisé face à son loot. Je peux comprendre le plaisir du loot par paquet de 1000 pour les joueurs de Borderlands (dont je fais partie) ou de Diablo (dont je ne fais pas partie) mais là ça ne fonctionne pas. On ramasse beaucoup trop d’items, beaucoup trop régulièrement et très rapidement je me suis retrouvé à ne même plus regarder ce que je ramassais et faisais le tri entre deux missions. Cette pratique tue toute forme d’excitation à ramasser des objets rares. En plus de ne pas connaître la moitié des consommables tant ils sont nombreux, je n’ai jamais eu de plaisir à équiper telle ou telle pièce d’armure tant elles sont nombreuses. Ça va même plus loin, il m’est arrivé de ramasser des pièces d’armures bien meilleures que celles portés mais que je ne pouvais pas équiper à cause de leur poids mais au lieu d’être frustré ou de les laisser de côté le temps de gagner quelques niveaux, j’ai vite compris que je pouvais les revendre sans souci, j’obtiendrais mieux dans une dizaine de minutes.

Là encore, dans un jeu qui met l’accent sur son « exigence », ça m’agace de le voir se saboter une partie aussi importante de son gameplay. Et je dis bien « saboter » car le titre a l’audace de nous proposer les services d’un forgeron. Un forgeron grâce à qui on peut vendre ou acheter des pièces, en mélanger deux, en changer l’apparence ou encore en crafter une à partir de matériaux. Malgré le manque d’explications, c’est un système complet. Autant vous dire qu’on ne s’en sert jamais. J’ai essayé au début, de me faire mes propres armes, ou d’en combiner deux, mais au final, là encore, dès la mission suivante, je trouvais mieux.

Nioh_20170213202939

Un duel, les meilleurs passages du jeu.

J’aimerais aussi ajouter, mais ça touche plus au feeling qu’aux features non exploitées, que malgré tout ce loot, je ne me suis jamais senti « plus » puissant. Je n’ai jamais eu le sentiment de faire plus de dégâts qu’avant en équipant une nouvelle arme. Honnêtement, j’ai un souci avec le feeling global de l’aventure qui me semble manquer de punch ou de violence dans les affrontements. J’ai souvent eu l’impression de taper dans du beurre mais passons. Par contre, le fait de ne jamais ressentir l’amélioration d’un nouvel équipement est un vrai problème pour ce genre de jeu, mais ce dernier point vient surement d’un autre défaut : le bestiaire.

Ce dernier ne se renouvelle jamais. Et quand je dis jamais, c’est jamais. De temps en temps, on croise un ou deux adversaires inédits que l’on ne rencontrera plus jamais par la suite mais en dehors de ça ce sont toujours les mêmes : humains, squelettes, yokaï, avec toujours le même pattern qui leur est propre. C’est à en devenir fou. Ça rend la progression laborieuse, fatigante, redondante et ennuyante. A partir du moment où vous connaissez tous les ennemis, l’aventure est terminée, et croyez-moi ça arrive vite. A partir de là, vous utiliserez toujours les mêmes attaques pour les vaincre et dans le pire des cas, la seule stratégie du jeu pour corser un peu les choses sera d’en envoyer deux en même temps. Ce n’est ni exigeant, ni difficile, c’est juste flemmard. C’est quand même dingue que Nioh soit aussi fainéant sur des points aussi importants alors qu’à côté, il essaye à tout prix de se démarquer des Souls en ayant des systèmes étrangement riches.

Nioh_20170215221413

On a déjà évoqué le forgeron et ses tas de sous menu complets mais finalement peu utiles mais c’est le cas pour plein d’autres éléments. Les nombreux arbres de compétences par exemple. Au total, j’ai compté, il y a 6 types de points de compétence différents : la montée de niveau classique des Souls, les deux types de point liés aux titres (des succès qui s’accomplissent naturellement genre tuer 10 puis 100 ennemis à la hache), ceux liés à l’arbre de compétence de Ninja et de magie et enfin ceux à distribuer dans les arbres de compétences concernant les armes. C’est trop. Etrangement, on ne s’y perd pas mais on se demande quand même pourquoi autant.

La réponse est finalement simple, Nioh veut offrir des runs différents pour chacun des joueurs. Ça se ressent aussi dans les affrontements avec la possibilité de changer de posture (attaques hautes, moyennes, ou basses) ou avec l’aspect plus beat’em all qui nous permet d’avoir pas mal d’attaques différentes et de débloquer des combos. C’est une entreprise évidemment louable mais encore une fois, je ne trouve pas le jeu pensé pour. Les combos par exemple, c’est très bien, le fait de savoir qu’on peut enchaîner les combinaisons de touches pour faire des attaques interminables, c’est cool, sauf que la moitié des ennemis (les yokaïs) ne sont même pas interrompus dans leurs mouvements et les rares fois où j’ai tenté de les enchaîner, ça s’est retourné contre moi.

Nioh_20170218233917

Je n’ai pas parlé du scénario. Le jeu non plus.

Nioh, c’est ça. C’est un jeu qui ne cesse de me dire « Regarde toutes les petites subtilités dans le gameplay, tu peux vraiment jouer autrement que dans un Souls ». Sauf que dès que j’essaye, je vois les limites de leur système. Alors je me retrouve à jouer comme dans un Souls (plus comme dans Bloodborne ceci dit), en donnant un ou deux coups puis en esquivant et en répétant ce schéma ad vitam aeternam. Sauf qu’avec des ennemis sacs à pv qui sont toujours les mêmes, encore une fois, ça rend l’aventure beaucoup trop laborieuse.

Traversées épuisantes qui ne s’arrangent pas spécialement via les quêtes secondaires. Celles-ci, assez nombreuses n’hésite pas à nous faire retraverser des niveaux principaux plusieurs fois. L’ambiance visuelle n’est pas la même et le placement des ennemis est différent mais là encore, c’est un concept qui a tendance à m’énerver. D’autant plus que les niveaux de Nioh, sans jamais être mauvais, ne font pas preuve d’une grande créativité non plus. Ils sont corrects, sans éléments en plus pour les transformer en très bons.

Nioh_20170218202328

Merde, de la neige. Bon bah 10/10 GOTY.

Enfin (promis, on approche de la fin), les boss m’ont pas mal frustré. En face de ce bestiaire qu’on connait par cœur et qui ne pose plus de difficulté et face à ces niveaux qui endorment un peu, les premiers boss imposent une attention et une difficulté parfois un peu injuste qui n’a rien à voir avec ce que l’on vient de visiter. Un pic de difficulté qui peut s’avérer frustrant tant le joueur n’a pas été préparé pour un tel challenge. Malheureusement, par la suite, ça ne s’arrange pas, mais dans le sens inverse. J’ai en tête deux ou trois boss qui sont beaucoup trop simples et dont le combat est soit long et ennuyeux soit ridicule. Là encore, ce sont deux extrêmes qui forment un problème global, ces affrontements ne sont pas satisfaisants. Les trop difficiles sont trop difficiles à cause d’une barre de vie trop élevée et les trop faciles, eh bien, c’est logique, ne font pas plaisir à l’égo. Il n’y a pas vraiment de juste milieu en terme de difficulté. Seuls les duels parfois proposés en missions secondaires offrent un challenge équilibré et des combats nerveux et intenses.

Nioh_20170218121913

Bref, comme d’habitude, toutes les lignes écrites précédemment ne constituent ni une critique ni un test, c’est un simple avis, le mien qui me permet à la fois de regrouper mes idées et de pouvoir me justifier quand on me demandera « Pourquoi n’aimes-tu pas Nioh » lors de mes nombreuses soirées mondaines.

Ceci dit, tout ne me déplait pas dans Nioh. Globalement, j’apprécie la direction artistique des niveaux, la coop’ fonctionne bien et offre de bons moments et comme dit précédemment le jeu est riche en terme de possibilités (parfois trop). C’est une bien meilleure tentative que Lords of the Fallen si vous voulez que je confirme une évidence mais au final ça restera surement une expérience moyenne pour tous les défauts évoqués. A ce stade, si j’ai écrit tout ceci sans avoir terminé l’aventure, c’est aussi parce que je ne suis pas certain de vouloir la terminer.

Publicités

6 réponses à “Je n’ai pas terminé Nioh mais j’ai quand même des choses à dire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s