TFGA N°18 Vos plus grands accomplissements

TFGA-alex

Vendredi 18 mars, salle d’attente : 14h25

-Ah ! Désolé pour le retard, monsieur….hmmm… Ciné.

-Max, Cinemax. Mais Max, ça suffit.

-Oh ? Alors pour se faire recruter chez les cinéphiles c’est l’étage au-dessus.

-Non, non, je viens bien pour participer au prochain TFGA.

-Ah, très bien, faudra voir à changer votre pseudo alors ça peut prêter à confusion.

-En fait, il y a une anecdote amusante autour, c’est quand j’étais petit…

-Très bien, très bien, suivez-moi dans la salle de réunion, c’est là-bas qu’on va faire l’entretien.

 

Vendredi 18 mars, salle de réunion : 14h30

-Donc, vous voulez participer au TFGA de ce mois-ci, c’est correct ?

-C’est Cinemax. Et oui, parce que j’ai participé à quasiment tous les autres et…

-Je ne vois pas votre nom dans les archives des 6 premiers, monsieur Ciné.

-Max. C’est normal, j’ai commencé à partir du 7ème.

-D’accord, d’accord, continuez, je vous en prie, je rempli votre fiche en même temps.

-Vu que je participe à tous les TFGA depuis plusieurs moins maintenant, je ne pensais pas que ça poserais souci pour celui…

-« In-fi-dè-le » Tupidoupidou.

-Non mais ce n’était pas de l’infidélité, je ne connaissais pas avant le 7…

-Tututut, s’il vous plait évitez de regarder mon écran par contre. Continuez.

-Euh… Du coup, je disais que j’espérais pouvoir participer à ce 18ème TFGA parce que…

-« Ne-ter-mine-ja-mais-ses-phra-ses »Tupidoupidou.

-De quoi ? Mais c’est vous qui me coupez la parole tout le temps, comment voulez-vous que je…

-Très bien. Vous avez amené votre CV ?

-Euh… Oui, tenez.

cv

-Je vois, je vois.

-Voilà, je pense avoir le profil nécessaire pour partciper à…

-Le « i ».

-Pardon ?

-Vous oubliez un « i » au mot « participer ». Etes-vous dyslexique ? Etes-vous capable d’écrire « dyslexique » sans utiliser le correcteur automatique Word ?

-Euh… Bah, oui, je…

-Vous n’êtes pas sûr de vous ? C’est le troisième « euh » de la conversation, monsieur Ciné.

-Max. Et c’est juste que vous me mettez une sacrée pression.

-Mais non, mais non…

-Tutiiipidoubi.

-Vous vous moquez de moi, monsieur Ciné ?

-Max. Et pas du tout, ce n’était qu’une vanne par rapport à…

-Êtes-vous né en 2010 ? Ou en 2009 ? Ou en 2008 ?

-Pas du tout, non pourquoi ?

-Parce que sur votre CV, vous ne listez que des performances récentes, ça date de 2011, grand max.

-Ciné.

-Pardon ?

-Non, pardon, c’était par rapport à…

-Ecoutez, ça ne va nulle part là. Si vous voulez participer au prochain TFGA, il va falloir être plus sérieux. Tenez, petit exercice : listez-moi instinctivement 5 de vos plus grands accomplissements avec une petite explication à chaque fois.

-Vous me demandez de faire le TFGA ?

-Une simulation.

 

5) Final Fantasy XIV

Niv50

Comme j’étais fier !

J’ai déjà exprimé par-ci par-là mon amour pour Final Fantasy XIV et pour moi, il rentre sans conteste dans le top de ce mois. Parce qu’à la base, je n’aime pas les mmos. J’en ai testé des dizaines et des dizaines et au final (fantasy AHAHAHAHAHAHAHA), j’abandonne toujours en arrivant vers le niveau 20 si ce n’est plus tôt (et Mickey AHAHAHAHAHAHAHA). Seulement, voilà, en jouant deux mois non-stop à FFXIV sur Skype et en jeu avec des amis, l’impensable est arrivé. Je suis monté level max et j’ai terminé la campagne principale. Et j’en suis très fier. De quoi ? C’est un accomplissement du jeu et non de moi ? Je dirais que c’est avant tout un beau travail d’équipe.

Ah et, bien sûr tout ceci date d’il y a plus d’un an et demi. Depuis FFXIV a eu des mises à jour, des extensions et son level max augmenté, du coup, ce fut une fierté de courte durée.

-Du coup, ça ne compte pas. Un autre.

 

5) Super Meat Boy

super-meat-boy-screenshot-05-ps4-psvita-us-09jun15

Pas vraiment un exploit de fou puisque j’estime qu’avec un peu de perséverance, tout le monde peut terminer Super Meat Boy. C’est un jeu à apprentissage constant de la physique du personnage et des nouvelles mécaniques qui s’ajoutent petit à petit. Du coup, oui c’est difficile sur un premier run mais ultra satisfaisant à chaque obstacle surmonté.

Ceci dit, ça reste un exploit type première étoile au ski, car je n’ai jamais terminé le Dark World (seulement les 3 premiers mondes). Par contre pour équilibrer la balance, je suis capable de faire le Light World entièrement en moins d’une heure et c’est une petite fierté. On est loin d’un temps de speed-run (qui doit être aux alentours de 20 minutes) mais quand même.

-Bon, j’accepte. Mais c’est limite tout de même. Essayez de terminer le Dark World la prochaine fois.

 

4) Silent Hill Downpour

downpour-image122

Je pense qu’avant celui-ci, le jeu le plus terrifiant que j’avais fait, ça devait être Alan Wake ou Luigi’s Mansion, c’est pour dire mon niveau de résistance aux jeux d’horreur. Pourtant, j’étais tenté par la série Silent Hill : le côté peur lié à la psychologie et aux environnements plutôt qu’une peur basé sur les jumpscares.

Pendant toute la moitié du jeu, ça a été. J’étais un peu angoissé mais globalement ça se passait bien. Malheureusement, la seconde partie du jeu dans un monastère et une certaine séquence de théâtre m’ont vraiment faite flipper. C’est peut-être dû au fait qu’involontairement, j’avais installé une ambiance angoissante dans ma chambre : lumière tamisé, volets qui claquent, cadavre du grand-père enterré dans le jardin qui revient à la vie,… Brrr… Tous ces petits éléments n’étaient que des choses naturelles au final : la lampe allait bientôt claquer, il y avait du vent dehors et mon grand-père avait été enterré vivant par mégarde.

-Vous avez juste terminé un jeu horrifique au final, rien d’incroyable là-dedans. Je n’accepte pas. Un autre.

 

4) Star Wars The Clone Wars

clinjars5

Gros retour en arrière sur un titre auquel je n’ai jamais retouché depuis : je suis Cinemax collégien, voir Primairien, et je vais chez mon meilleur ami jouer à The Clone Wars. Ce n’est pas un jeu fantastique mais c’est amusant et surtout, peu importe la campagne, on passe notre temps sur le mode survie du jeu. Très répandu aujourd’hui, je découvrais un concept coop’ fantastique à l’époque. Chaque joueur contrôle un véhicule tiré de la trilogie des années 2000 (on ne peut plus dire « nouvelle trilogie ») et doit survivre à des vagues d’ennemis qui arrivent en masses. Bien sûr, il y a des bonus au sol, mais il faut les utiliser intelligemment pour ne pas être à court lors des dernières manches. Très classique en définitive, mais moi c’était mon premier mode survie et en plus c’était dans des véhicules donc c’était cool !

Et la belle conclusion raconte que c’est quelques années plus tard que l’on a enfin réussi à terminer toutes les manches ! Et en récompense, le doubleur de Mace Windu qui nous dit « GG tocards » et les manches qui reprennent à zéro. Gros sentiment de satisfaction.

-Mmh, intéressant. On garde.

 

3) Mar-étron 2015

Choix difficile. Plutôt que de choisir un jeu de merde et de dire « regardez, c’est de la merde et pourtant j’y ai joué », je trouve ça plus intéressant de dire « Regardez, ce sont des jeux de merde et pourtant j’y ai joué ». En effet, si 2015 fut une année fantastique en terme de bons jeux, sur la fin, je ne sais pourquoi, peut-être dans une envie de rééquilibrer la balance entre le bon et le mauvais, j’ai enchaîné quelques bons gros jeux de merde. Accrochez-vous.

Au programme :

Star Wars le Pouvoir de la Force 2 : C’est chaud comment c’était nul. Campagne qui dure 4 heures max, arbre de compétence qui se rempli au bout de deux, aucune possibilité dans le gameplay, QTE de finish ridicules ou frustrantes, scénario lamentable, optimisation à la rue,… Une vraie catastrophe. Pourtant, je gardais plutôt un bon souvenir du premier. Là, ce n’est juste pas possible.

maxresdefault

Pire moment…avec tous les autres.

Ryse Son of Rome : Eh ouais, je vous avais prévenu. Ryse, c’est un titre techniquement hyper impressionnant et…c’est tout. Sinon c’est un couloir géant qui nous demande d’enchaîner les combat à l’aide d’un système à la Arkham (mais les touches sont placés différemment, ce qui m’a rendu fou) sauf qu’ici il y a maximum trois types d’ennemis que l’on rencontre dès le début et qui ne changeront pas jusqu’à la fin. Aucune évolution dans le gameplay, ce que vous faites dans la première heure, vous le ferez le restant du jeu (6 heures au total, mais j’ai eu l’impression qu’il en faisait 20). A côté de ça, on a un scénar’ tièp’ et un doublage français parfois hilarants.

2015-12-28_00012

Lightning Returns : J’ai rarement vu une écriture aussi débile en moins d’une heure. Le genre de truc qui ferait passer Luc Besson pour Proust à côté. Mais sa stupidité dans l’écriture, je la voyais venir, par contre je voulais jouer au jeu pour sa mécanique de temps qui passe en pensant que ce serait aussi cool que dans Majora’s Mask. Que nenni, les quelques quêtes annexes terminées étaient banales et demandaient simplement au joueur de faire des allers-retours et le système de temps s’amusait juste à bloquer l’accès à certains quartiers selon l’heure, rendant les missions encore plus chiantes à accomplir. Insupportable, mais se soyons pas complètement mauvaise langue, le système de combat était sympa et la customisations des tenues était vraiment cool. Pas assez pour me faire rester cependant.

2015-12-12_00009

Popopoooooo

Xenoblade Chronicles X : Pas un mauvais jeu (loin des trois précédents en tout cas) mais pas un bon non plus. C’est un titre que j’ai envie d’aimer et qui m’impressionne sur bien des points (son monde ouvert gigantesque et sa faune) mais qui me laisse de marbre sur beaucoup trop d’autres (ses combats, son ergonomie, son écriture). Je suis quasiment certain de le relancer un jour pourtant, dans ce grand désir de vouloir l’apprécier. En attendant, mon avis est un peu plus étendu ici.

29

Dying Light : Champion du monde de nullité. Dying Light, c’est un titre qui fait des trucs de façon très correcte, par exemple il contient deux villes : une bof et une vraiment sympa qui se prête parfaitement au parkour. Parkour maitrisé qui laisse de bonnes sensations. Mais les développeurs sont des petits rigolos qui pensent qu’exploiter les qualités de leur jeu, c’est trop facile, alors ils font en sorte que les joueurs passent le plus clair de leur temps dans des égouts ! Ou dans des bâtiments sombre et lambda. Et surtout, hein, faut leur faire utiliser notre système de combat complètement mou et lourd qui ferait passer ZombiU pour un Beat’em all digne de Bayonetta ! Ah et il faut un méchant type Vaas, un peu fou mais pas trop dont la seule motivation c’est d’être fou mais pas trop parce que c’est mainstream et surtout, une écriture pathétique. Le bon mélange qui donne un jeu qui se tire roquettes dans le pied.

2016-01-21_00002

Ça c’est Seblecaribou qui s’est bloqué dans le plafond en essayant d’échapper au destin des égouts.

-Ça passe. On peut considérer que c’est une forme d’accomplissement de jouer et parfois terminer des jeux mauvais. Pas vraiment le genre d’accomplissement dont il faut être fier mais tout de même.

 

2) Bloodborne

Bloodborne™_20151125212433

Meilleur fight.

J’ai trois platines dans ma vie de joueur. Je ne cours pas après. Si je vois qu’il me manque un ou deux trophées en terminant un jeu, à la limite je tente (Gravity Rush). De même, si je vois qu’ils sont tous très simples à obtenir, je les tente (Rocket League). Pourtant, il y en a un pour lequel je me suis poussé et c’est évidemment celui de Bloodborne.

La vérité, c’est que je m’intéressais moins au platine du jeu que d’affronter le boss ultime caché dans les donjons calices. Affrontement qui, à terme, donne le dernier trophée. Ainsi, je me suis lancé dans ces donjons totalement optionnels en parallèle d’un ng+ et ce fut laborieux. Pas forcément difficile sur les premiers mais long et très vite redondant. Les donjons se ressemblent tous, sont construits de la même façon et les récompenses ne donnent pas forcément envie de continuer. Un seul était véritablement hardcore, c’est le Calice Vicié qui divisait notre barre de vie en deux (ou trois, je ne sais plus). Avec ce malus, chaque boss pouvait nous tuer en un ou deux coups et j’ai souvent failli abandonner.

Pourtant, alors que je ne les recommande pas ces fichus donjons Calices, quel plaisir j’ai eu quand j’ai enfin porté le dernier coup au dernier boss du dernier donjon… Jamais je ne les refais, mais au fond, ça restera un bon souvenir.

-Un Platine propre. J’accepte.

 

1) Dark Souls

maxresdefault (1)

Oui, oui, oui. Je sais. Les deux premiers du top sont des jeux From Software et sont donc relativement proches. Pourtant, ce n’est pas le même sentiment d’accomplissement que j’ai eu en terminant Dark Souls. En effet, je ne l’ai jamais platiné celui-ci. Par contre, c’était mon premier Souls et en tant que tel, ce fut une véritable épopée.

Honnêtement, j’ai dû passer un mois dessus. Il y avait des jours où je le lançais sans même progresser dans l’aventure, j’allais juste farmer dans les zones déjà visitées ou améliorer mon arme ou récupérer de nouvelles armures. Et puis d’autres jours, j’explorais de nouvelles zones. Je n’y allais pas sereinement, hein. Je demandais conseil dans les statuts Gameblog, certains me rassuraient, d’autres moins et j’y allais jusqu’à tomber sur un boss, boss qui pouvait me défoncer salement ou au contraire se laisser vaincre du premier coup. Et là je retournais fanfaronner sur GB. Puis les jours suivants, je retournais visiter la même zone pour le loot et découvrir de nouveaux raccourcis.

C’était bien. Une sorte de grande aventure interactive qui m’impressionnait au plus haut point. Alors quand j’ai terminé Dark Souls, au bout d’un mois de jeu, donc, c’était incroyablement gratifiant et à la fois un peu frustrant pour la même raison : c’était fini.

C’était le bon temps. Pourtant, les Souls ne sont pas des titres terriblement difficiles, simplement exigeants. La moindre erreur peut être fatale, au joueur de l’éviter. La vraie difficulté vient du fait de ne pas savoir où aller et du manque d’explications de l’interface et de l’inventaire mais une fois que tous ces éléments sont acquis, ça se fait relativement simplement.

-Très bien.

 

-Satisfait ?

-Pas mal, vous devriez utiliser cette simulation pour votre véritable article.

-Ça signifie que je peux participer au TFGA ?

-Oui, oui. Signez là. Voilà, par contre il manque quelque chose du coup.

-Je sais, je n’ai pas parlé de The Witcher 3 mais ça devient terriblement difficile de le mentionner dans chaque article sans aucune raison.

-Non, je voulais dire qu’il manque une introduction. Et une conclusion. Vous savez ? Le moment où vous pourriez dire d’aller lire les contributions des autres participants via cette page.

-Notre dialogue, ça ne suffit pas ?

-Disons que ça ne fait pas très professionnel. D’ailleurs en parlant de professionnalisme, si vous participez au TFGA ce mois-ci, vous savez ce que cela signifie ?

-Oui, oui… 230 euros c’est bien ça ?

-Comme d’habitude, toujours au même ordre « Alex » et plus loin « Effect ».

-Il n’y aurait pas moyen de le rencontrer directement, pour discuter du prix.

-Monsieur Effect est un homme très occupé, monsieur Ciné.

-Max. Mais c’est surtout que…

-Merci beaucoup. Au revoir. Suivant.

-Hum… Bonjour. On m’a dit qu’il y avait des cannelés dans le coin ?

-Asseyez-vous monsieur Daminou…

Publicités

14 réponses à “TFGA N°18 Vos plus grands accomplissements

  1. Un top très sympa, comme d’habitude ! 🙂

    Décidément les jeux de From Software sont à l’honneur ce mois-ci. À croire que les finir est un accomplissement en soi ! :p va falloir que j’y pense ! 😀

    PS : j’ai un contact pour passer outre les frais d’entré. On en parle quand tu veux.

    Aimé par 1 personne

    • Ça marche ! Ça peut intéresser Dehell aussi d’après ses dires ! ^^
      Les jeux From sont des titres où il faut un peu se pousser pour rentrer dedans et ce dû à leur manque d’explications mais une fois fait, c’est du bonheur !
      Merci, sinon.

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Alex Effect » TFGA n°18 – Vos plus grands accomplissements·

  3. Pingback: TFGA n°16 – « C’est gagné, we did it !  | «Dans mon Eucalyptus perché·

  4. Une nouvelle fois, j’adore ! 🙂

    Cette schizophrénie qui permet l’auto-critique sur les titres que tu proposes, j’adore l’idée, chapeau ^^

    J’avoue avoir bugué sur tes jeux de merde, en riant sur tes commentaires très juste pour Lightning Returns et en étant intrigué par ton retour sur Xenoblade Chronicles. Perso, même si je suis d’accord avec les points négatifs, je sais pas, il y a ce petit qqch qui m’a fait l’apprécié (comment ça, c’est parce que c’est le seul jeu valable sur Wii U ? … peut-être …).

    Beau classement en tout cas 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Xenoblade est là parce qu’il me fallait un cinquième jeu mais comme j’ai dit, il est loin d’être aussi mauvais. Je ne le considère même pas comme mauvais. Disons qu’il me fait penser à un chat super mignon que j’aurais trop envie d’approcher et qui me donnerait des gros coups de griffes à chaque fois.
      A chaque fois que je le lance, je m’ennui, je rage et je m’extasie devant la grandeur et la beauté du monde.
      Et puis j’abandonne et à chaque fois que je vois sa boite, j’ai envie de le relancer.
      Merci mon cher Alex !

      J'aime

  5. Pingback: TFGA n°18 – Mes plus grands accomplissements « Daily Moogle·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s