J’ai fini The Witcher 3 Wild Hunt et j’ai des choses à dire !

Dans la vie, il y a des cactus. Aujourd’hui nous n’allons pas en parler. Parce que dans la vie, il y a aussi des attentes, l’attente d’un heureux évènement, l’attente d’un résultat à un examen et l’attente de The Witcher 3 Wild Hunt.

Toujours une grande maîtrise de paint

Toujours une grande maîtrise de paint

The Witcher, mon histoire avec cette saga est compliquée et notre relation n’a pas toujours été portée par l’amour. Par exemple, je me rappelle quand j’ai voulu lancer The Witcher 1 pour la première fois après avoir lu des critiques flatteuses. Je ne comprenais rien à l’univers, je n’aimais ni l’ambiance, ni le système de combat et le personnage était tout sauf charismatique. Alors j’ai abandonné, avant même la fin de l’acte 1.

Puis, quand The Witcher 2 est sorti, là encore il fut accueilli par de sacrées bonnes critiques alors banco, j’ai lancé le jeu. Malheureusement, là encore, je ne comprenais rien à l’univers et plus ça allait, plus j’étais perdu en vis-à-vis des personnages et des enjeux. J’avais choisi la voie de Roche, qui est bien plus porté sur la politique que la voie d’Iorveth et si ce n’était pas aussi déplaisant à jouer que le 1er, on ne peut pas dire que je m’amusais non plus. D’autant plus que j’y jouais sur mon ancien PC qui n’était clairement pas assez puissant pour le faire tourner et je me retrouvais à y jouer dans une résolution catastrophique et tout en low. Un cauchemar. Pourtant, je n’ai pas abandonné, je l’ai terminé et même en n’ayant absolument rien compris, les cliffhangers de fin m’ont plutôt bien hypé pour un troisième épisode.

Encore plus tard, surement lors de l’annonce du 3 (mais sans avoir encore révélé d’image), j’ai décidé de refaire le 2 sur 360 et en choisissant la voie de Iorveth cette fois ci. Et là grosse grosse surprise, j’ai tout compris, j’étais à 200% dans l’histoire, je comprenais les enjeux, j’aimais les personnages et Geralt est devenu un de mes héros de jeu vidéo préféré. Et forcément, mon attente du 3 a augmentée.

Ce qui nous amène à l’an dernier quand je me suis dit « Hey je vais me laisser tenter par les livres, on verra bien si ça me plait autant que les jeux ». Et clairement je ne fus pas déçu, les romans du Sorceleur (se déroulant avant les jeux) étaient fantastiques : chaque situation, chaque personnage, tout était passionnant. Un vrai régal.

Du coup, j’ai relancé le premier. Et j’ai abandonné à la fin de l’acte 1…rien à faire…

Les sorts sont plus utiles que jamais (bon là j'attaque rien, c'était surtout pour illustrer)

Les sorts sont plus utiles que jamais (bon là j’attaque rien, c’était surtout pour illustrer)

Et là, joie ultime, lors de l’E3 2014, le trailer montre des éléments laissant penser que The Witcher 3 sera non seulement la suite des deux premiers jeux mais aussi des livres puisque l’on y voit l’empereur de Nilfgaard, Yennefer et Ciri. Et là mon attente atteint son point maximal.

Et enfin, deux semaines avant la sortie du jeu, je réussis enfin à faire le premier entièrement, je ne suis pas emballé, mais il a de bons aspects tout de même et j’ai aussi eu le temps de refaire le 2, histoire d’avoir une sauvegarde à importer. Je suis prêt, je compte les heures restantes avant de pouvoir y jouer, je n’ai plus que ça en tête.

Alors là à ce stade-là de la lecture, vous vous dites surement « Mec, ça va faire une page Word que tu racontes ta vie, tu n’étais pas censé nous parler de The Witcher 3 ?» et je vous réponds « Je fais ce que je veux ! Ok ! Regarde, je peux supprimer ton commentaire et je peux continuer à raconter ce que j’ai mangé au petit déjeuner (pain au chocolat et princes) ! Tu sais pourquoi ? Parce que c’est mon blog et que j’ai tout pouvoir ici ! »

Hum, je disais quoi ? Il y avait un but à tout ça… Ah oui, j’attendais The Witcher 3 comme le messie et encore c’est une image parce qu’en réalité, je n’attends pas plus que ça le messie (le Christ, hein, pas le footballeur…mais je n’attends pas des masses ce dernier non plus…). Je disais quoi ? Ah oui The Witcher 3, le messie, tout ça. Bref, la dernière fois que j’ai attendu à ce point un jeu, c’était Lords of Shadow 2. Et croyez-moi, la déception fut de taille quand je vis le résultat final (c’est de la merde).

TOUT CA POUR DIRE que j’attendais The Witcher à tel point que j’étais quasiment sur d’être déçu. Et vous savez quoi, après 90 heures de jeu, The Witcher 3 Wild Hunt ne m’a pas déçu, au contraire il a même été une véritable claque sur pas mal d’aspects.

Le gwynt est un véritable jeu dans le jeu : simple à comprendre, ultra addictif et bien intégré. C'est une réelle surprise. J'exige un mode online de cet unique jeu de cartes.

Le gwynt est un véritable jeu dans le jeu : simple à comprendre, ultra addictif et bien intégré. C’est une réelle surprise. J’exige un mode online uniquement pour ce jeu de cartes.

Nous retrouvons donc Geralt of Rivia (ou de Riv en français) 6 mois après les événements du 2. Et là premier point intelligent du scénario, les gros bouleversements installés à la fin d’Assassins of Kings servent non pas d’histoire mais de contexte à ce troisième épisode. Ainsi on se retrouve dans un univers dans lequel les ravages de la guerre et l’occupation des armées de Nilfgaard sont omniprésents dans le contexte. On traverse des territoires ayant servi de champs de bataille, les habitants de petits villages sont effrayés et sont touchés par la famine. Bref, on ressent l’atmosphère de la guerre sans jamais la faire car Geralt de Riv est un sorceleur, et les sorceleurs ne se mêlent pas de la politique.

D’ailleurs en parlant d’atmosphère, celle-ci est riche et souvent très variée. Certains environnements de la première map, Velen, étaient similaires à la map du prologue (forêts/campagnes) et je craignais qu’elle se répète un peu trop souvent. Ce n’est pas du tout le cas, en réalité la première map est extrêmement vaste et franchement variées (tout en restant tout le temps cohérente). Ainsi on passe aisément de grandes forêts, aux campagnes des petits villages, en passant par des marais peu accueillant. Et bien sûr il y a Novigrad et Oxenfurt (mais ma première arrivée à Novigrad m’a fait bien plus d’effet) soit les grandes villes de la 1ère région qui sont accessible sans temps de chargements et qui la encore sont foutrement grandes et très vivantes. Les auberges sont agitées, les places de marché animés (avec des incinérations de mages très festives pour une sortie en famille). De même, au sein même de la ville les bâtiments dans lesquels on peut entrer sont accessibles sans chargements. Honnêtement, c’est un élément que j’attendais depuis des années dans les RPG et qui rajoute à la cohérence de cet univers.

Les marais sont délicieusement inquiétants

Les marais sont délicieusement inquiétants

Il y a dans The Witcher 3, un souci du détail pouvant rappeler des productions Rockstar. Je ne cherche pas à faire du clic célesto-cosmique en mettant côte à côte The Witcher 3 et GTA ou Red Dead Redemption mais force est de constater que dans ces œuvres les cartes sont de véritables acteurs et ont une importance capitale, tout simplement parce qu’on y croit. Quand on prend un voilier, qu’on le dépose dans un coin au hasard et que 4 sessions de jeu plus tard on constate que ce n’est pas un re-pop mais bien le même navire qui se trouve au même endroit, c’est plaisant. De même, quand on vend ses articles à un marchand et qu’il les mets lui-même en vente (en se faisant une sacrée marge qui plus est) jusqu’à la fin du jeu, c’est plaisant. Quand on se balade à cheval en entendant et en voyant (le moteur physique fait des merveilles sur ce point) le vent souffler, c’est plaisant. Bref, le monde de The Witcher 3 est vivant et extrêmement soigné.

Le pire, c’est que là je vous fais surtout des descriptions de la première région mais il y en a une seconde tout aussi vaste et travaillé : l’archipel de Skellige. Et je peux vous dire qu’après 50 heures passées à Velen/Novigrad, quand on arrive sur les îles de Skellige, le dépaysement est total. Ce sont donc des îles (donc beaucoup plus d’utilisation de voiliers) à l’ambiance très nordique, assez Viking. Le dépaysement se fait donc visuellement étant donné qu’on se retrouve face à de hautes montagnes et une mer plus agitée mais aussi sur l’audio avec l’accent des habitants de Skellige radicalement différent des habitants de Novigrad (mais on reviendra sur la bande son plus tard, promis).

Quand je vous dis que les effets de lumière sont fantastiques

Quand je vous dis que les effets de lumière sont fantastiques

The Witcher 3 est donc constitué de deux grandes régions. Ce n’est donc pas un véritable monde ouvert au sens strict du terme étant donné qu’il y a bien un temps de chargement pour passer d’une map à une autre. Cependant, vu la taille des régions et leur richesses ce n’est absolument pas dérangeant. La véritable question est plutôt de savoir ce qu’on fait dans ce (plus ou moins vrai) monde ouvert.

Outre ses quêtes principales et annexes, The Witcher 3 a des missions de chasse aux trésors. Peu écrites, on les débloque en explorant et en trouvant parfois une lettre sur un cadavre indiquant la localisation de coffres contenant des équipements. En plus de ces petites missions, l’exploration se fait globalement en cherchant les éléments indiqués par des « ? » sur la carte. Bon bien sûr, on peut explorer pour le simple plaisir de se balader sans forcément vouloir rejoindre les « ? » à tout prix, mais il est préférable d’y aller pour vider notre carte. C’est donc assez sommaire sur le principe mais globalement dans la région de Velen/Novigrad, cette exploration était plaisante tout simplement parce que ces « ? » ne sont pas si nombreux (on est loin d’un Assassin’s Creed Unity) et surtout les éléments à découvrir sont plutôt variés. Des fois, ce sera un camp de bandits, d’autres fois, un nid de monstre, une caverne à visiter, une pierre de force à utiliser, un trésor caché ou protégé,… Sur le principe, ça peut paraitre rébarbatif mais dans les faits c’est plutôt agréable au final.

Cependant, ces lieux à découvrir sont aussi présents sur la carte de Skellige mais sachant que cette région est majoritairement constitué d’eau, la plupart des « ? » représentent des coffres sous-marins à trouver et là le principe devient bien plus redondant. Après encore une fois, rien ne vous oblige à tous les trouver, il est aussi plaisant d’explorer et de se balader librement sans forcément avoir un objectif précis, mais pour ceux qui veulent absolument tout trouver, il est préférable d’alterner avec des quêtes annexes.

Geralt était et demeure l'un des meilleurs personnages de jeu vidéo.

Geralt était et demeure l’un des meilleurs personnages de jeu vidéo.

Boum transition de gue-din, les quêtes annexes ! Grosse, grosse claque. Elles étaient déjà écrites dans The Witcher 2, mais le fait d’être face à un open-world me laissait penser qu’elles le seraient moins dans le 3. Il n’en est rien.

Les quêtes annexes sont diablement bien écrites quelques soient leurs contextes : parfois amusantes, parfois profondes, parfois liées à la quête principale,… Un véritable régal. Toutes ne sont pas longues mais il y en a beaucoup pendant lesquelles je me suis vraiment demandé si ce que je faisais n’était pas la mission principale. Ce sentiment s’explique aisément du fait que certaines quêtes sont données par des personnages que l’on croise dans le scénario principal. Exemple, dans ce dernier quand on arrive sur les îles Skelliges, on doit demander des informations à un Jarl, on le fait tout en constatant qu’il va bientôt y avoir des élections pour élire un nouveau roi, et voilà, on obtient les informations voulues en parlant au Jarl mais tout ce qui concerne les élections trouvera sa suite dans les quêtes annexes.

En plus de ces quêtes, on trouvera aussi dans chaque village des contrats de sorceleur. Ce sont des missions plus classiques mais toujours très satisfaisantes aussi. Elles consistent bien souvent à chasser un monstre, mais sont toujours précédées de phases d’enquêtes pour déterminer la nature de la menace, les dégâts qu’il a causés, etc. Bien sûr, après la préparation, le combat peut commencer. Si ces missions sont moins scénarisées, certaines réservent parfois des surprises et demandent parfois de faire un choix sur la façon de les terminer.

De temps en temps, on a la possibilité d'incarner Ciri

De temps en temps, on a la possibilité d’incarner Ciri

Pour ce qui est de la quête principale et de l’histoire, j’avoue avoir été un peu déçu au début. Celle-ci consiste à suivre les traces de Ciri, que Geralt considère comme sa fille adoptive, et la retrouver, sachant qu’elle est aussi poursuivie par la Chasse Sauvage. Si j’ai été déstabilisé au début, c’est tout simplement parce que l’on comprend le cheminement général que va prendre le jeu. On apprend que Ciri est passé dans tel lieu et qu’elle a rencontré tel personnage, alors on va discuter avec ce dernier mais il ne nous révèlera ce que l’on veut savoir uniquement si on lui rend un service.

Heureusement, l’écriture de cette aventure s’améliore plus on avance et cette description représente plus les quêtes principales de Velen que les suivantes. Cependant, si ça peut paraitre faiblard, j’ai vite été rassuré en croisant les personnages nous demandant ces faveurs. En effet, ils sont extrêmement bien écrits et la faveur demandée va souvent prendre des proportions bien plus grandes. Je pense notamment au baron de Velen dont la faveur est juste de nous demander de retrouver sa fille et sa femme, cependant petit à petit, Geralt va comprendre que le baron lui-même nous cache des choses, qu’il a un historique assez sombre et petit à petit la quête va en rejoindre une autre liée à des sorcières qui auraient aussi croisés Ciri.

Il existe donc une vraie qualité d’écriture dans le scénario de The Witcher 3 et encore une fois une grande variété de situation. Les missions de Novigrad n’ont rien à voir avec celles de Velen et sont plus portées sur des manigances politiques et sur l’ambiance de chasse aux sorcières qui règne dans la ville. A noter que les dialogues sont aussi savoureux et le jeu regorge de discussions au ton très sarcastique.

L'ambiance de Novigrad est radicalement différente de celle des petits villages visités jusqu'ici

L’ambiance de Novigrad est radicalement différente de celle des petits villages visités jusqu’ici

Au final, le scénario de The Witcher 3 est extrêmement convaincant. Comme dans The Witcher 2, il commence avec une histoire simple, retrouver la trace d’un personnage mais plus on avance plus les enjeux augmentent. Mon seul regret est peut-être l’absence de certains personnages importants du 2 que j’aurais adoré recroiser. D’ailleurs, les choix du 2 qui paraissaient constamment très importants se révèlent avoir peu de conséquences dans ce troisième épisode. En fait, globalement, les choix de ce 3ème opus me paraissent moins importants que ceux du 2, dans le sens où les conséquences ont une moins grande échelle. Pas d’inquiétudes, cependant, deux parties en faisant des choix différents peuvent quand même pas mal changer le déroulement de l’histoire et en particulier l’épilogue.

En réalité, il existe trois épilogues et si certains sont plus « tristes » que d’autres, aucun n’est réellement un super happy end ce qui est toujours cohérent avec cet univers relativement sombre. J’aimerais aussi ajouter qu’en plus de la justesse d’écriture, la mise en scène des cinématiques est extrêmement soignée, de même pour les expressions faciales des personnages très réussies, ce qui donne lieu à un grand nombre de scène franchement poignantes.

Quand on arrive sur les îles de Skellige, le dépaysement est total

Quand on arrive sur les îles de Skellige, le dépaysement est total

L’histoire de The Witcher 3 m’a donc pas mal emballé (à part peut-être une fin avant l’épilogue un peu expédiée). Après c’est aussi en tant qu’adorateur du 2ème jeu et des romans que j’ai aimé et si je trouvais déjà que l’histoire du 2 était difficilement accessible pour ceux ne connaissant pas l’univers, ici je trouve que c’est encore pire. Attention, la trame principale est plus simple (simple, pas simpliste) mais en plus de faire suite aux jeux, elle fait suite aux romans et sans vraiment plus d’explications. Du coup, on retrouve pas mal de personnages des livres tels que Yennefer, l’Empereur, Dijkstra et bien sur Ciri (et d’autres) et chacun à un passé avec notre Geralt qui n’est pas forcément expliqué.

Je ne fais aucun reproche ici, retrouver ces personnages était très plaisant, je me pose juste la question de savoir si il est aisé de rentrer dans l’histoire sans connaître l’univers ? Ou même en ayant seulement fait les jeux ?

Le jeu alterne entre séquences dramatiques, émouvantes, épiques et drôles avec une grande aisance.

Le jeu alterne entre séquences dramatiques, émouvantes, épiques et drôles avec une grande aisance.

On peut maintenant s’attarder sur le gameplay et plus précisément sur le système de combat qui était clairement un point faible des deux premiers.

Ici, il reprend les bases du second mais les améliore. On se retrouve donc devant un système extrêmement riche. A l’épée on peut porter des coups légers et des coups lourds, mais on peut aussi bloquer les attaques en maintenant une touche (ce qui aura pour conséquence de baisser notre jauge d’endurance) ou tout simplement parer avec un bon timing. On a aussi une arbalète à notre disposition, petite nouveauté de cet épisode. Personnellement, je m’en suis beaucoup servi sous l’eau contre des noyeurs ou des sirènes étant donné qu’elle est très efficace en mer et que les carreaux sont illimités. Au sol, ce n’est pas le cas, et je dois avouer l’avoir très peu utilisée.

On retrouve aussi le système d’alchimie du 2 qui a été simplifié et qui est bien plus agréable à utiliser. Avant le début d’un combat, on peut donc préparer des potions désormais célèbres dans la série comme « Chat » permettant de voir dans l’obscurité ou « Hirondelle » qui remonte notre vie petit à petit. De même, on peut se fabriquer des bombes qui peuvent être bien utiles en combat. Si ce système d’alchimie a été simplifié, c’est notamment sur le fait qu’une fois « crafté », il n’est plus nécessaire d’aller rechercher tous les ingrédients pour refaire le produit, il suffit d’avoir un alcool spécifique et de méditer pour qu’ils se rechargent. Plus pratique, plus agréable.

Pourtant, si ce système est agréable, force est de constater qu’en difficulté « normale », je n’ai pas eu l’utilité de m’en servir souvent. En effet, dans ce mode, si les premiers affrontements peuvent s’avérer être délicats, très vite, le jeu deviendra assez simple. Heureusement, il est possible de changer la difficulté dans le menu pause.

Enfin, on retrouve les quelques sorts qui sont à notre disposition et qui sont plus utiles que jamais. Là encore, le système est plus agréable que dans le 2 sachant que la jauge pour les lancer se recharge plus vite et surtout qu’ils sont très complémentaires et peuvent tous avoir leur utilité en fonction de l’ennemi affronté. Le bestiaire étant très varié et ayant tous leur caractéristiques propres, certains monstres sont plus sensibles au signe d’Yrden (un piège au sol qui ralentit les ennemis), d’autre au signe d’Igni (un jet de flammes, très efficace contre les loups ou les ours), etc. Bien sur ces pouvoirs fonctionnent aussi contre les adversaires humains et il est très plaisant de varier les combats en changeant régulièrement de signe.

Ainsi ce système de combat est réussi et est très agréable à utiliser. Ça devient un véritable point fort pour le titre alors que c’était pour moi un handicap dans les deux précédents (enfin surtout dans le premier). Tout n’est pas parfait non plus, la faute à quelques affrontements en intérieur qui peuvent devenir bordélique ou à une IA qui n’est pas toujours réactive (ou parfois trop, se faire gang-bang par des noyeurs bas niveau, ça arrive aussi).

Attention chérie, ça va couper

Attention chérie, ça va couper (parce que sans référence à la Cité de la Peur, il manquerait quelque chose à cet article)

Pour ce qui est du craft, c’est encore un bon point pour le titre mais il était déjà plaisant dans le 2. Rien de bien nouveau ici, on récupère tout le long du jeu des schémas d’armures et d’épées nous indiquant les matériaux nécessaires et quand tout ceci est récupéré, on va voir un forgeron. La petite subtilité étant que les forgeron/armuriers ont désormais un level et que tous ne sont pas capables de crafter un set de haut niveau. D’ailleurs je crois même que pour débloquer un forgeron et armurier de niveau « maître », il est nécessaire d’accomplir une quête pour eux.

Après tout ce qui concerne les différents menus m’a paru réussi, plus réussi que dans le 2. L’interface de l’inventaire est désormais présenté en forme de grille ce qui est bien plus ergonomique qu’un système de liste.

Le système de compétences est aussi plutôt malin. On se retrouve devant plusieurs branches (épées, magie, alchimie) dans lesquelles on peut investir nos points gagnés en montant de niveau ou en touchant des pierres de force sauf que ces points investis ne serviront à rien tant que l’on n’aura pas équipé la compétence sur un arbre qui comporte 12 cases (qui se débloquent au fur et à mesure de notre progression). Il est donc nécessaire de faire des choix même dans nos talents, on ne pourra jamais tout équiper.

The Witcher 3 n'hésite pas à aborder des thèmes dérangeants de façon cru.

The Witcher 3 n’hésite pas à aborder des thèmes dérangeants de façon cru.

Sans transition, parlons vite fait de la technique du jeu. Personnellement, j’ai pu jouer au titre sur une bonne configuration en élevé (pas ultra) partout et avec un framerate tournant autour de 40/50 fps.

D’après ce que j’ai pu constater, avoir tout en élevé correspond à la version console et force est de constater que le titre est techniquement très solide. Les textures des vêtements et des personnages sont impeccables, idem pour la végétation où j’ai eu le sentiment que chaque arbre était différent. Le seul souci vient du clipping assez présent notamment sur la végétation que l’on voit apparaitre quand on est relativement proche.

Mais si la technique c’est bien, l’aspect artistique c’est plus important et vous l’aurez peut être compris dans les premières lignes quand je parlais des différentes ambiances du titre, artistiquement The Witcher 3 est somptueux.  Les effets de lumière sont magnifiques, aucune forêt ne se ressemble, les intérieurs de certains bâtiments sont travaillés et recherchés, les villes ont une véritable patte artistique, etc.

Visuellement, l’ambiance est donc totalement maitrisée mais sur la bande son c’est un sans-faute aussi. Déjà, les musiques sont magnifiques ! J’avais déjà beaucoup aimé les compositions de The Witcher 2. Ici ce ne sont pas les mêmes compositeurs mais elles sont parfaites et collent toujours à l’atmosphère : reposantes et mélancoliques autour des villes ou en leurs seins, épique en plein combat, inquiétante dans certaines grottes ou dans les marais,… Vous savez quoi, j’ai tellement aimé les musiques du titre que je vais faire l’effort d’écrire les noms des compositeurs (sans copié/collé, c’est de la triche), alors merci Marcin (jusque-là ça va) Przybylowicz et (plus simple) Mikolai Stroinski.

Un travail remarquable a aussi été effectué sur les doublages. Que ce soit pour les personnages principaux (évidemment Geralt) mais aussi pour les simples pnj donneurs de quêtes les voix anglaises sont convaincantes et il y a eu une vraie recherche de différents accents pour illustrer les régions visitées. J’ai cru comprendre que la vf était aussi de bonne facture mais je n’ai pas voulu la tester étant fidèle au doubleur anglais du sorceleur.

Les effets météo peuvent parfois être très impressionnants

Les effets météo peuvent parfois être très impressionnants

Je n’aime pas parler de jeux que j’ai aimés, tout simplement parce que je trouve ça difficile de vous faire comprendre à quel point une œuvre m’a emballé. Il est toujours plus aisé de critiquer un titre en glissant des vannes par ci par là que d’exprimer un coup de cœur. Pourtant je me suis senti obligé sur The Witcher 3 Wild Hunt, parce que depuis 2 semaines, je n’ai fait qu’y jouer sans être capable de toucher à un autre jeu, totalement immergé dans son univers et son scénario.

Difficile de lui rendre hommage au final, je finirais par dire qu’en terme d’ambiance et de mise en scène (certaines scènes rentrent dans mon panthéon des plus belles séquences de jeux), The Witcher 3 est plus que réussi. Très honnêtement j’aurais été satisfait du jeu simplement s’il avait eu un bon scénario. Fort heureusement, son système de combat est enfin agréable à utiliser et riche en possibilités et ses aspects visuels et sonores ont fait preuves d’un soin tout particulier.

Ce troisième et dernier épisode de la saga m’a tant emballé que ses concurrents à venir souffriront de la comparaison. Il devient l’un de ces jeux rentrant dans cette catégorie spéciale : « il y aura un avant et après ».

Rarement une telle attente aura été si grandement récompensée.

« Something Ends, Something Begins… »

2015-05-28_00012

PS : PlaySta…D’accord, d’accord, tout le monde l’a déjà faite c’est pas drôle.

PS2 : PlayStati… Ok, ok, j’arrête. Sérieusement, j’ai passé 92h sur mon premier run en normal. Seblecaribou est plus proche des 200h. Bonne durée de vie donc.

PS3 : Toutes les images présentées dans cet article ont été capturées par moi. Loin de moi l’idée de me vanter, c’est juste pour souligner que très peu de jeux me font prendre plus de 200 captures. Et…PlayStation 3.

2015-06-01_00007

Publicités

30 réponses à “J’ai fini The Witcher 3 Wild Hunt et j’ai des choses à dire !

  1. Excellent article (bien qu’un peu long, j’ai lu en plusieurs fois je l’avoue ^^) avec le ton qui t’est propre, j’adore !

    Bon, je ne suis pas vraiment d’accord en ce qui concerne le gameplay. Je ragequit (trop) souvent car il est bien trop rigide pour moi et l’inégalité de l’IA selon les monstres rencontrés me gênent pas mal en ce début de parties. C’est dire, je n’ai pas encore passé le niveau 2 …

    Ceci étant je suis d’accord avec les autres points, et te remercie de ne pas avoir spoilé l’aventure, car c’est ce qui rend ma frustration d’autant plus grande : j’adore l’univers, les musiques, ce système de choix, Geralt.

    Mais je ne demande qu’une chose, adhérer pleinement à cet univers. Peut-être que lire les bouquins comme tu le soulignes permettrait de mieux apprécier certaines choses 🙂 …

    Aimé par 1 personne

  2. Très bon article, qui donne envie de jouer à ce jeu.
    Et c’est un peu mon problème, les différents trucs que je lis sur Witcher 3 me donne envie d’y jouer, mais je ne peux oublier à quel point je me suis fait chier dans le 2! Ça blablatait beaucoup trop pour moi et les missions où on doit faire les courses d’un villageois m’ont vraiment saoulé! Ça et le fait de me perdre pour traverser la ville forteresse…
    Tuer des monstres, oui, ramasser des fleurs et faire les courses, non! 😛

    Aimé par 1 personne

    • Ah c’est marrant parce que dans The Witcher 2, je n’ai jamais eu l’impression d’accomplir des quêtes fedex. Après que ça blablate beaucoup, ça c’est certain, le titre se reposait beaucoup sur son scénario et ses dialogues.
      Ceci dit, dans le 3ème ça blablate aussi beaucoup mais le monde ouvert est tellement riche que tu peux t’amuser à mettre en pause la quête principale pour aller explorer ou remplir des quêtes annexes.

      J'aime

  3. Sait-on retrouver les sorcières (Triss, Yen et autres?) une fois l’histoire principale terminée? Quelqu’un saurait-il répondre à ma question par hasard? Merci d’avance 🙂

    J'aime

  4. Merci pour cet article qui déclenche aussitôt un achat de PS4 pour pouvoir me faire cette merveille dont tu vantes si bien les mérites

    Tu as réussi le pari de retranscrire au travers de cette longue et captivante prose ton enthousiasme pour le jeu et c’est vrai que ça n’est jamais la chose la plus facile 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne vais pas faire un long épilogue sur la justesse de ton article mais je viens à l’instant de finir le jeu et je ne connaissais ni le premier ni le second et comment dire si ce n’est que j ai été bluffé par ce jeux ! Aujourd hui je demande qu une chose, the witcher online MMO, le reve !!

    Merci pour cet articke que j ai trouvé par hasard et retranscrit fidèleme t le ressenti d’un jeu épique qui marquera l’histoire des jeux vidéo ! Geralt n’a rien à envier au charisme de snake 😉

    Ps4 : je l ai fais sur pc… 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Le Gamer Tag | Parenthèses 2.0·

  7. Bonjours a toi, tres bel article sur ce super jeu faut bien le dire, moi je n’ose pas le finir tellement je me regale a eccumer la map !!! Hehehe
    Je comprend que ça a pu etre difficile d’accrocher the Witcher 1, mais etant un joueur de la serie depuis sa sortie sur PC je vais insister un peu en t’encourageant une derniere foie et pour un plaisir immense, a batailler un peu plus sur ce premier episode dont le 3 se rapproche beaucoup plus en verité. Si techniquement il a pris un coup de vieux il n’en reste pas moins tres beau, et crois moi qu’il est bien il est bien plus long que le 2 et bien plus fouiller. Lacte 1 etant une infime partie du jeu, tu ne peux pas a ce stade imaginer le carrisme des personnages ainsi que les subtilité de l’histoire en fait. The witcher 1 se revele etre sacrement burné avec, le Boucanier par exemple hehe…mais c’est un detail. Il y a enormement de personnages et le senario se revele plus abouti une foie le jeu fini(je veux dire par la qu’on reste moins sur sa faim par rapport au 2 ou franchement apres avoir fait le 1 jetais tre deçu d’en finir la ! ) les environnements si ils sont fermés sont assez vaste et nombreux, les diverses partie de l’histoire bien passionnantes et surtout il a un coté enchanteur que le 2 n’a pas, je te le jure. Seul moyen de t’en rendre compte et de passer ce cap, je suis sur qu’a un certain niveau du jeu tu t’en voudrais detre passé a coté (je pense a l’histoire avec le gosse et CHUT….)enfin bonne con tinuation si un jour tu fais cette experience jattendrais ton retour. mais noubliez pas the Witcher 1 etais le premier jeu de la sorte Mature et ecrit comme ça, il n’avait pas de concurrent. Perso un Mass effect ou un Dragon age parraissaient bien vide a coté

    Aimé par 1 personne

    • Hello !
      J’ai précisé dans ma trop longue intro que je n’avais pas réussi à terminer The Witcher 1 sur mes 2 premiers runs mais que j’ai finalement réussi à le faire entièrement 2 semaines avant la sortie du 3.
      Passé l’acte 1, en effet, il m’a bien plus accroché. J’ai bien aimé l’histoire et les personnages, seulement je ne trouve pas le scénario si fantastique. Il est plaisant, a des bons moments mais globalement je ne m’en souviens déjà plus très bien. Après, le titre ayant vieilli techniquement, les animations faciales et certains doublages laissent à désirer et je ne trouve pas le charisme que j’aime tant de Geralt (qui se trouve dans le 2 et le 3).
      Mais j’insiste, passé cet acte 1, j’ai quand même apprécié le titre, moins que les deux suivants mais tout de même. Wyzima a effectivement un sacré charme. J’ai toujours du mal avec le système de combat mais j’aime bien l’ambition du studio d’avoir voulu faire quelque chose de différent.

      Merci d’un tel commentaire en tout cas 🙂

      J'aime

    • Oufff !!! Quel mauvaise eleve je fait ! J’avou ne pas avoir lu ton intro j’usque au bout, c bien d’avoir trouvé le courage de faire le premiere opus. Evidement je comprends tes impression, tu parles, aujourd’hui c normal. Les miennes sont basée sur la premiere experience en 2007 tu imagines : ) jai eu beaucoup de mal a accrocher un jeu apres celui la, a l’epoque …

      Aimé par 1 personne

    • Je plussoie. En fait j’ai découvert la série il y a 6 mois en commençant par le 1 puis j’ai enchaîné le 2, lu les livres et enfin j’ai terminé par le 3. Le 1 reste mon préféré surtout du point de vue de l’ambiance et de l’histoire, excellente, qui offre plus de liberté dans les choix à effectuer. Aussi le 1 est le mieux rythmé je trouve grâce à sa map suffisamment grande mais pas trop, mieux que le 2 trop cloisonné et le 3 trop ouvert. La seule chose qui m’ait derangé ce sont les clones de personnages, trop nombreux, nuisant à l’immersion. Je conseille vivement de jouer avec la vue isométrique du dessus ( un peu à la Diablo) pour 2 raisons : les graphismes passent mieux et les combats deviennent plus stratégiques.

      Aimé par 1 personne

    • Le 1 est l’épisode que j’aime le moins au final mais je reconnais qu’il a un certain charme, toujours aujourd’hui. Merci pour ton avis en tout cas !

      J'aime

  8. Assurément mon jeu préféré depuis longtemps…(j’ai 76 ans…) il intègre mon panthéon où figurent déjà LBA2, Warcraft, Starcraft, Dragon Age 1 (origins), Mass Effect.3, Deus Ex, Morrowind.
    Il faut noter aussi une atmosphère médiévale très « Game oh Thrones » et de nombreux « oeufs de Pâques » : Game of Thrones, Star War, Skyrim, Pulp Fiction.

    Aimé par 1 personne

  9. Pingback: Bilan de l’année vidéoludique + TFGA N°15 | Parenthèses 2.0·

  10. Après avoir hésité à te lire par peur d’être spoilée, j’ai dévoré ton article ! Je suis actuellement en plein dedans depuis quelques semaines (je me limite aux week end), à Novigrad en reculant le moment d’aller à Skellige, histoire de faire durer (80H tout de même).
    Ton article reflète complètement mon avis sur ce jeu. Personnellement, je suis très difficile sur les jeux (pas de défoulement en dézinguant des allemands, ou des zombie, pas de matchs de foot, pas de course poursuite contre d’autres méchants ou des flics !) Uniquement de la fantasy, du médiéval, des dragons and co. Ma drogue précédente était Skyrim ! J’avais une appréhension en commençant Witcher 3 qui passe en map ouverte comme Skyrim. ET puis, j’ai été bluffée par la richesse de jeu.
    Pour répondre à ton interrogation , je n’ai pas du tout lu les livres. Mais cela ne m’a pas du tout empêchée de rentrer à fond dans l’histoire. ET je n’ai pas été dérangée par les personnages du passé de Géralt. On ne sait pas tout, mais cela donne plutôt envie de se lancer dans la lecture !
    Un détail qu’il a fallu que j’intègre. Jongler entre les niveaux de quêtes. C’est à dire, faire des quêtes proches de mon niveau afin de gagner des niveaux et ainsi des équipements plus efficaces. Et surveiller les quêtes restant à faire, pour que mon niveau de dépasse pas trop leur niveau. Sinon, on gagne peu d’XP…. Il faut aussi fuir des monstres trop fort, pour revenir plus tard les écraser !
    Merci encore pour ton article, qui exprime complètement mon ressenti !
    Have Fun !

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ce long commentaire ! Heureux de voir que tu as autant aimé l’expérience. C’est cool de constater que ne pas avoir lu les livres n’est pas un frein, encore mieux si ça donne envie de les prendre (et je te les conseille).

      J'aime

    • Salut Sev (d’arbre?) 😝
      Personnellement j ai été complètement conquis par ce jeu et tout comme toi ma drogue précédente (et actuelle même) est SKYRIM sur lequel j ai passé quelques centaines d heures de jeu! (#Fusrohdah)
      Et après une trentaine d heure passé sur the Witcher 3! Je suppose que tout comme toi je n ai pu m empêcher de faire la comparaison avec SKYRIM! Et bien qu il soit aussi bien voire mieux en certains points comme la narration et la scenarisation, la question de la map revient sans cesse à mon esprit!
      J ai vu partout que la map de the witcher 3 était plus grande hors après avoir retourner le problème dans tout les sens.. J en arrive toujours à la même conclusion que SKYRIM reste plus grand, et même plus complet au niveau environnement, lieux à découvrir, sous terrain etc..
      Peut être que je me trompe alors je m adresse à toi parce que tu es un skyrimeur (…)
      Merci d avance ! 😉

      J'aime

  11. Très belle critique, tu n’as pas parlé du sexe et des romances car c’est une série basée sur des jeux d’amour entres les différents personnages et CD project ne se prive pas de scène crues qui ne m’ont pas dérangé et j’aurai même plutôt trouver ça irritant s’il les avaient censurés ça, autant aborder l’amour et le sexe, autant ne pas y aller par 4 chemins. bravo

    Aimé par 1 personne

    • Effectivement, j’ai oublié d’en parlé mais même sur cet épisode, les scènes de sexe sont plutôt très classes. Erotiques mais élégantes quelle que soit la romance choisie.
      Merci 🙂

      J'aime

  12. Ton article est un régal qui rend honneur au jeu !
    Pour répondre à ta question, je n’ai pas encore lu les livres, et n’ai jamais joué aux jeux précédents, mais j’ai adoré ce titre, et suis parfaitement entrée dans l’histoire.
    Je ne sais pas si tu l’as fait, mais le DLC Hearts of Stone est également un chef d’œuvre !

    Aimé par 1 personne

  13. J ai adoré le gwynt, la mal immense (j ai jms joué a skyrim) et je sors de mgs4 (très décevant pour un mgs), les quêtes sont inégales mais globalement très bien (baron, quêtes secondaires similaires a des principales). Le choix des questions qqfois bidon (identiques) voire évident (j arrive sur un new perso : je parle ou je me casse ? Gné), ainsi que de voir un même visage sur plusieurs persos, plus ce système de GROS BOULET pour ramasser qqch SS nos pieds ( CD projet, on etait en 2015 quand même…. Ce genre de probleme débile que l on rencontre …..genre 10000 fois par partie… C est pas la panacée). Effets de lumières magnifiques, profondeur parfaite sur ps4, par contre j ai trouvé pas super beau les gens +décors In game (bien mais sans plus, genre qualité ps3 mais avec bcp de persos en mm tps).
    Point négatif aussi, les quêtes secondaires qui deviennent inaccessibles (normal) sans qu’on soit prévenu( rageant, alors que c est très facile a implémenter) et ça m est arrivé alors que je faisais un max de quêtes annexes en repoussant au max les principales. Histoire principale et sa mecanique sont basiques (comme expliqué sur cet article). C est mon premier contact avec la série et c est très impressionnant, dmg que yen m horripile avec son air hautain/suffisant. Pour les parents, je trouve que c est abusé au ils soient pas prévenus de la partie que cache le terme romance (mais ça c est la connerie du système de rating. Addendum : 30piges et contre la censure mais pour l avertissement adéquat ). Les combats sont généralement chiants tellement c est facile (difficulté 3/4, sans potion ni bombe), plus la technique d attirer un membre de groupe a la périphérie de d’un champ d action pour pas se fouler. .. Bcp trop de trucs a ramasser, pour une utilité trop relative.
    Je suis exigeant et c est un bon jeu mais ça aurait pu être tellement mieux.

    J'aime

  14. Excellent article ! je viens un peu sur le tard ! j’ai aussi adoré joué à ce jeu qui m’a mis une claque ! Et je veux également parler des 2 DLC et surtout de Blood and Wine qui est presque un jeu à lui tout seul ! et que j’ai énormément apprécié (surtout le fait de revoir Triss !!)
    C’est assez fou qu’après avoir fini le jeu, le fait d’errer sans ne plus pouvoir croiser les différents personnages du jeu me laisse un vrai sentiment de solitude.. et même un grand vide !
    Je me prend à rêver à la création d’un witcher 4 pas du tout prévu à ce jour ! Quel jeu pourra me passionner autant que The Witcher 3.. je crains ne pas trouver le réponse avant un petit moment !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s