Atelier lecture : Mass Effect Revelation

Difficile, difficile. Est-ce que je place ce nouvel article dans la catégorie « divers » de Jeux Vidéo ou est-ce que j’en créer une nouvelle?

Et oui, surprise, aujourd’hui nous n’allons pas parler de jeux vidéo mais de lecture. Je sais c’est surprenant, je sais lire. Et ce depuis une bonne quinzaine d’année. Après, pour ne rien vous cacher je n’ai jamais vraiment été un grand lecteur. Cependant, depuis deux ans, mon quotidien se constitue de plus de deux heures de transports. Alors plutôt que de jouer à la Vita ou à Candy Crush et ainsi continuer mon enfermement vidéo ludique qui a de fortes chances de faire de moi un dangereux psychopathe (en fait, j’aime à penser que je suis déjà psychopathe mais pour ce qui est du danger il faudra repasser), j’ai préféré me plonger dans un autre milieu : la littérature.

Les portes de 50 nuances de Grey et de Marc Levy m’étant ouvertes, j’ai pu lire ces derniers mois de nombreux romans : le Sorceleur, la Tour Sombre, Le Seigneur des Anneaux, le Silmarillion, H2G2, du Sherlock Holmes, du Lovecraft,… Récemment, j’ai aussi commencé les Annales de la Compagnie Noire que j’ai bien l’intention de continuer.

Bon, soit, Heroic Fantasy, Space Opera, Fantastique, tout ça ne me change pas tant que cela du jeu vidéo. Cependant, je m’étais tout de même fixé pour règle d’or d’éviter de lire des romans adaptés de jeux. La faute au roman tiré d’Assassin’s Creed 2 qui faisait plus office de solution qu’autre chose (je ne l’ai d’ailleurs jamais terminé).

Et pourtant, dans le premier numéro de la nouvelle formule de Canard PC, mes journalistes préférés ont concoctés une sélection de livres tirés de jeux qui valaient le coup. Dans cette sélection, se trouve Mass Effect Revelations de Drew Karpyshyn. Ayant en tête de vouloir refaire la saga vidéo ludique, j’ai pensé que plonger plus dans l’univers grâce aux romans pouvait être une bonne idée.

Oui, « aux romans ». Car sur la page Amazon du premier livre, il m’est aussi conseillé d’acheter le troisième. Grâce à mes talents de déduction, j’ai compris qu’il devait donc exister un numéro deux (j’ai lu du Conan Doyle après tout). Et pour une fois, ma fièvre acheteuse s’est modérée. Je n’ai pris que le premier tome en me disant que je prendrais les suivants s’il me plaisait.

Je ne prendrais pas les suivants.

MERevelation

Mass Effect Revelations se passe avant les événements du jeu. C’est à peu près tout ce que je sais quand je le commence.

L’histoire commence quelques années après la découverte des relais cosmodésique (c’est complètement Celesto-cosmique !) par les humains mais ils n’ont pas encore découvert les autres espèces. Et justement, quand une flotte de l’alliance disparait dans la galaxie, l’humanité soupçonne une race extraterrestre et est prête à se battre.

Oh mon Dieu! C’est la guerre du premier contact! Le livre va nous raconter la guerre du premier contact! C’est trop cool!

Mais en fait non. C’était juste le prologue. Le chapitre 1 commence 8 ans plus tard et l’on apprend que la guerre était plus proche d’une bataille à laquelle le conseil de la Citadelle a vite mis fin.

Tant pis, ce prologue m’a « hypé » malgré tout. J’ai seulement tiqué devant les dialogues un peu bêtes « Earth Fuck Yeah » :

–            Commandant, une guerre approche. Etes-vous prêt à sacrifier votre femme en cas d’échec ?

–            Cela dépend, Capitaine. Etes-vous prêt à condamner votre fille à une vie d’esclavage ?

–            Bien! Nous aurons besoin de plus d’hommes comme vous dans l’armée, Commandant.

Mmh mmh. Mokay.

Et du coup, le roman commence réellement avec une sombre histoire d’attentat 8 ans plus tard. On suit les personnages d’Anderson et de Kahlee Sanders, une scientifique que l’on croise dans je ne sais plus quel épisode. Quant à Anderson, il deviendra le Capitaine de Shepard dans les jeux. Tardivement, on suivra aussi l’aventure de Saren, le Spectre, grand vilain du premier épisode. Tout ce beau monde se retrouve réuni quand une base de scientifique travaillant sur une relique mystérieuse se fait attaquer.

Le problème principal du livre ne provient pas forcément de l’histoire. Elle est honnête et se laisse suivre sans soucis. Le problème, ce sont les personnages. Aucun n’est réellement charismatique et il y a un grand manque d’émotions dans le roman. On se fiche un peu de constater que Saren est un tueur de sang-froid. A l’inverse, Anderson, héros, est totalement transparent. Enfin, si l’aventure de Kahlee se révèle intéressante au début, elle devient très vite la belle en détresse qu’Anderson doit protéger.

Finalement, seul l’épilogue m’a décroché un sourire complice quand le lecteur comprend ce qu’est cette fameuse relique. Le roman se fini en annonçant plus ou moins le premier jeu.

On se retrouve donc devant une histoire assez quelconque dont les quelques rebondissements ne sont pas assez mis en valeur et devant des personnages peu attachants.

Mais il y a un autre souci : les descriptions.

Je comprends aisément que l’auteur veuille adresser son livre aux joueurs connaissant la série mais aussi les lecteurs ne connaissant pas Mass Effect. Cependant, dans toute la première partie du roman, on a droit à des tonnes de descriptions assez indigestes. Anderson arrive à la Citadelle, quatre pages pour expliquer ce que c’est. Anderson rentre dans un bar et croise des Turiens, dix pages pour nous expliquer ce qu’ils sont plus quelques pages expliquant quelles espèces sont bipèdes.

Je le répète, ce n’est pas tant les descriptions qui m’embêtent mais la façon dont elles sont faites et leur nombre bien trop grand.

Et puis bon, le lecteur n’est pas forcé de comprendre tout l’univers instantanément non plus. Si l’on prend l’exemple de la Compagnie Noire, il n’y a pas de descriptions inutiles. On nous plonge dans un univers inconnu que l’on comprendra petit à petit au fil de l’histoire. C’est bien plus agréable.

Bref, je ne vais pas m’attarder beaucoup plus longtemps. Mass Effect Revelation n’est pas vraiment à conseiller. Sans être foncièrement mauvais, le roman s’enlise pendant une bonne partie dans des descriptions redondantes et l’histoire ainsi que les personnages sont loin d’être inoubliables. Je ne peux donc pas décemment vous conseiller ce premier tome et je ne lirais pas les suivants. Ce que je peux vous conseiller par contre, c’est de jouer au moins au premier jeu pour visiter cet univers passionnant !

PS : Puisque je dis dans cet article que j’ai l’intention de refaire les jeux. J’ai effectivement bien refait le premier (qui est toujours aussi bon) mais j’ai arrêté après la deuxième mission du 2. Cet épisode…je ne peux juste pas.

Publicités

7 réponses à “Atelier lecture : Mass Effect Revelation

  1. Tiens, tu parles du roman tiré d’AC2 (Renaissance) et je suis justement en train de le lire. Je n’ai pas encore beaucoup avancé mais, étant donné la densité du jeu à la base, je vois mal comment il pourrait aller au-delà, contrairement aux bouquins tirés d’AC1 et AC3 (tout à fait recommandables ceux-là). Enfin bref…
    N’étant absolument pas un connaisseur de Mass Effect, quel qu’en soit l’épisode, je me rends compte à la lecture de ton article qu’il ne serait pas recommandé de commencer par les bouquins pour m’intégrer dans cet univers (ce n’est pas ce que j’aurais fait de toute façon mais bon…).

    Et, petit aparté comme ça, mon libraire m’a recommandé « Player One » de Ernest Cline comme bouquin. « Un bon polar chez les gamers mais sans caricatures ou conneries du genre » qu’il m’a dit. :3

    Aimé par 1 personne

    • Personnellementr, c’est justement en tant que connaisseur des jeux que je n’ai pas apprécié le livre. Du coup, je me demande si le cas inverse aimerait, j’imagine que les descriptions passeraient mieux en tout cas.

      Sinon, merci pour le conseil, je vais aller me renseigner de suite.

      J'aime

    • Oh et, si tu ne l’as pas lu, lis au moins « Assassin’s Creed – Forsaken ». Basé sur AC3, il prend Haytham Kenway comme personnage principal au lieu de Connor et, franchement, c’est loin d’être inintéressant. 🙂

      J'aime

  2. Mon chéri l’a commencé il n’y a pas longtemps mais il n’aime pas du tout. Je comptais le lire aussi mais avec son ressenti et ton article je crois que je vais passer mon tour finalement x)! Sinon j’ai commencé les Annales de la Compagnie Noire et je n’accroche pas pour l’instant, c’est bien dans l’ensemble?

    Aimé par 1 personne

    • La compagnie noire, j’ai fini le cinquième tome il y a quelques jours. Je te conseille les trois premiers tome qui marquent un grand acte et qui m’ont vraiment emballés.
      J’ai plus de réserves sur le tome 4 et 5 qui amènent de nouveaux personnages et de nouveaux enjeux dans lesquels je ne suis jamais vraiment rentré.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s